RSS

Côté Vietnam : Bò-Bún façon Mẹ

07 Mai

« Mais que peut donc bien signifier ce titre ? »

Bò comme bœuf – Bún comme vermicelles – Mẹ comme MamanCertains initiés passionnés de gastronomie vietnamienne auront sûrement deviné sur quoi porte la recette d’aujourd’hui 🙂 Et il faut bien reconnaître que le Bo-Bun est en passe de détrôner la traditionnelle salade du déjeuner dans certains cercles parisiens, non sans raison !

Protéines, féculent, légumes + LA touche asiatique = Plat léger et complet ! Pas étonnant que le succès soit au rendez-vous, et que les restos dédiés au Bo-Bun fleurissent 🙂

Mais ce qui est génial dans le Bo-Bun, c’est qu’on peut l’apprêter de différentes façon : le Bò peut être remplacé par du Gà (poulet) ou des Tôm (crevettes), on peut y rajouter des morceaux de nems ou pas, etc…

La recette que je vous propose suit la recette traditionnelle au bœuf  mais ma mère l’a légèrement modifiée en utilisant des vermicelles de blé japonais (normalement, on prend des vermicelles de riz).IMAG1618

Ces vermicelles sont très faciles à cuisiner : une portion équivaut à une personne, et il suffit de les cuire 3/4 minutes dans l’eau bouillante, en surveillant bien que l’eau ne déborde pas – ça peut aller très vite, je parle en connaissance de cause ^^

Une fois cuits, vous pouvez les laisser refroidir ou bien les utiliser tièdes – le bo-bun se consomme froid habituellement, mais c’est selon les goûts de chacun !

Auparavant, il faut bien sûr laisser un peu « mariner » le bœuf avec le curry et le nuoc-mâm : pour 4 personnes, j’émince un steak bien tendre de 700 g, auquel je rajoute 1 cs de curry et 1 cc de nuoc-mâm. IMAG1615

Pendant que la viande marine, je coupe un concombre en julienne de 4-5 cm – le mieux c’est d’utiliser une mandoline, ou bien d’avoir un homme pro de la découpe chez soi 😀

Ensuite, je fais légèrement sauter le bœuf avec deux oignons jaunes émincés – là encore, c’est une différence avec la recette originale, car les vietnamiens utilisent de l’oignon déjà frit. La viande doit être saisie saignante ou à point – toujours selon les goûts de chacun évidemment.

Côté sauce, j’utilise toujours 3 ingrédients de base : du nuoc-mâm, du citron vert et du sucre. Pour un citron vert entier, je mets 2 CS de nuoc-mâm et 2 CS de sucre, et je rallonge avec de l’eau. A vous de goûter et de doser plus ou moins selon vos préférences (Moi je suis un peu une fana du nuoc-mâm, ce qui n’aide pas mon taux de sel dans l’organisme…). A cette sauce, vous pouvez rajouter de la carotte râpée, du piment, etc…

Une fois la viande prête, vous pouvez enfin mélanger le tout avec les vermicelles, la sauce aidant à lier tous les ingrédients. Pour décorer et donner du goût, personnellement j’y ajoute quelques feuilles de menthe et de la cacahuète pilée.

IMAG1622 IMAG1625

Le Bò-Bún qui fait fureur dans nos contrées occidentales ne saurait cependant se passer de Nems/Chả giò 🙂

Pas d’inquiétude, la recette est dans mes cartons ! La suite au prochain épisode ^^

Bon Appétit !

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 7 mai 2013 dans Côté Cuisine, Chinoiseries

 

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :